Limite du territoire lingon avec les Sénons et les Eduens, de l’Armançon vers Saint Florentin au nord à la Saône vers Saint Jean de Losne au sud

… Lorsqu’on reporte sur la carte les villages lingons tenant compte de l’habitude des gaulois d’utiliser de préférence les rivières, les crêtes, les grandes forêts comme limites, on peut tracer avec une bonne part de certitude la frontiere lingone depuis l’Armançon au nord, jusqu’à la Saône au sud.

… Comme l’a écrit Augusta Huré, à propos du territoire des Sénons : “Les territoires gaulois avaient une telle précision dans leurs contours qu’Auguste et même ses successeurs ne trouvèrent pas à propos d’en établir d’autres et les conservèrent sans beaucoup de modifications. D’ailleurs, dans ces divisions, rien d’incohérent ni d’enchevêtré, pas de tracés torturés. En agissant ainsi, ces Empereurs avaient un autre but : se concilier l’esprit des populations … Ainsi se bornèrent-ils à ériger leur peuples en cités et à changer le nom des villes principales (ce qui est très important pour la localisation de ces villes). L’Eglise respecta, plus tard, autant qu’il fut en son pouvoir, l’immuabilité des circonscriptions territoriales de la Gaule romaine. Il parait donc concevable pour la description de l’étendue du territoire des Senons, d’avoir recours aux limites de l’ancien diocèse de Sens …

Cette réflexion est valable pour tous les pays gaulois.

… Si, aujourd’hui, les partisans du dogme Alise Sainte Reine – Alésia, ne se souviennent plus de ces vérités premières et font divaguer les frontières a leur gré, faisant tantôt aller le pays éduen jusqu’autour d’Alise Sainte Reine, ou tranformant l’Auxois en pays mandubien, ce dont aucun texte romain n’a jamais soufflé mot, voire faisant venir la Séquanie jusqu’en Auxois … c’est pour pouvoir mieux tromper le public. Tous savent pertinemment bien qu’ils ne pourront pas longtemps encore prétendre que César n’est pas d’accord avec Plutarque et Don Cassius pour loger Alésia en Séquanie. En traduisant le “in Sequanos” de la phrase dite “clé” de César BG VII 66,2 par “vers les Séquanes”, comme si César avait écrit “ad Sequanos”, au lieu de “chez les Séquanes”, à l’intérieur de leur pays la Séquanie …

… Nous terminerons en mettant en évidence ce que le plus simple bon sens suffit à comprendre. Si Alise Sainte Reine avait été gardienne des frontières éduennes, au contact direct, donc, du pays des Lingons, comment les Romains auraient ils souffert de la faim au cours du siège, comme l’ont signalé des auteurs antiques et César dans la Guerre civile ? Aux portes du pays lingon, ils auraient pu être ravitaillés en cette fin d’été, après les récoltes que leurs alliés Lingons, Rèmes et Trévires avaient pu faire sans aucun problème, puisque les Gaulois de Vercingétorix se concentraient loin de là, vers Bibracte !